« L’espoir bleu » (Bob et Bobette : tome 250) de Willy Vandersteen

l'espoir bleu, bob et bobette, willy vandersteen, éditions StandaardRésumé : Cette histoire se déroule en Afrique du Sud, juste avant le 20ème siècle et est articulée autour d’un grand diamant bleu. Mais ce diamant est-il vraiment bleu ? La pierre précieuse tourne en effet tout doucement au rouge et il revient au professeur Barabas de déocuvrir la cause de ce phénomène. Alors qu’il étudie le diamant, celui-ci disparaît subitement de manière inexpliquée. Barabas veut alors se rendre  dans l’Afrique de 1880 pour y trouver un diamant similaire. Barabas finira-t-il par découvrir la cause de ce changement de couleur ? Et que vient faire Fanfreluche dans toute cette histoire ? (Source : bobetbobette.be)

Mon avis : Une fois n’est vraiment pas coutume voici une histoire qui tourne autour du professeur Barabas et de… Fanfreluche !
Bien sûr la petite troupe est très active dans ce tome mais j’ai aimé le fait que les premiers rôles n’étaient pas les personnages habituels.
De plus les dessins sont très chouettes dans ce tome. 

Ma note -> :-))

Éditions Standaard, 2005, 48 pages.

Dans ma bibliothèque.

« Les roues du destin » (Ki et Vandien : tome 4) de Megan Lindholm

Ki et Vandien, T.4.jpgQuatrième de couverture : Une nouvelle mission s’offre à Ki et Vandien : convoyer, contre espèces sonnantes et trébuchantes, un jeune garçon sur les routes incertaines qui mènent à Villena. Mais le chemin est long et le jouvenceau leur reséerve bien des surprises. Qui est-il exactement ? Pourquoi ses parents semblent-ils si prompts à le voir partir ? Pris à partie lors d’un tournoi qui menace à tout instant de tourner au carnage, Ki et Vandien découvriront bien assez tôt que la tâche n’était simple qu’en apparence…

Mon avis : Ce dernier tome est mon préféré de la série. J’y ai retrouvé le monde et l’écriture de Robin Hobb qui me plaît tant. 
On découvre enfin l’origine du nom de Vandien ainsi que son passé.
Ki est définitivement humaine avec ses forces mais aussi ses faiblesses qu’elle a essayé d’effacer tout au long de cette série mais, ici, elles ressurgissent et ça me l’a faite aimer encore plus. Ses sentiments pour Vandien, bien que très présents mais étouffés font surface et c’est agréable à lire.

L’histoire avec Cabri est elle aussi très bien écrite, on aime et déteste ce garçon en même temps que Ki et Vandien et on a besoin de savoir le pourquoi de ce comportement de petit garçon capricieux… Ce que nous fait découvrir au fil des pages l’auteure, petit à petit,  pour bien  nous tenir en haleine !

Ma note -> :-))

D’autres avis : 

Éditions J’ai Lu, 2009, 348 pages.

Prêté par Sarah P.

« 658 » de John Verdon

658, john verdon, le livre de pocheQuatrième de couverture : « Je ne connais vos Secrets. Je sais ce que vous avez fait. Je peux lire vos pensées. Vous ne me croyez pas ? Je vais vous le prouver. »

Ancien alcoolique reconverti en gourou pour milliardaires dépressifs dans une clinique privée, Mark Mellery reçoit un jour une lettre anonyme lui demandant de se prêter à un petit jeu à première vue inoffensif.
Mais l’énigme ne tarde pas à prendre une tournure sanglante et terrifiante…
L’enquête est conduite par le légendaire inspecteur David Gurney, jeune retraité de NYPD bientôt rattrapé par le démon de l’investigation se lance aux trousse d’un meurtrier aussi inventif que machiavélique – car le décompte macabre ne fait que commencer…

Mon avis : Voici un roman policier très appréciable. Il a tout pour tenir la lectrice que je suis en haleine. Une trame originale, un héros à la fois sympathique et anti-pathique selons les moments et/ou les personnes avec qui il se trouve, une histoire secondaire personnelle très bien amenée et bien sûr une enquête remplie de rebondissements et de faits surprenants et une intrigue peu conventionnelle.
Un chouette roman policier détente à lire sur la plage ou dans son transat !

Ma note -> :-))

D’autres avis : ici et

Éditions Le Livre de Poche, 2012, 573 pages.

Prêté par Éric.

« Le voisin » de Tatiana de Rosnay

le voisin, tatiana de rosnay, éditions le livre de pocheQuatrième de couverture : Un mari souvent absent. Un métier qui ne l’épanouit guère. Un quotidien banal. Colombe Barou est une femme sans histoires. Comment imaginer ce qui l’attend dans le charmant appartement où elle vient d’emménager ? A l’étage supérieur, un inconnu lui a déclaré la guerre. Seule l’épaisseur d’un plancher la sépare désormais de son pire ennemi… Quel prix est-elle prête à payer pour retrouver sommeil et sérénité ?
Grâce à un scénario implacable, Tatiana de Rosnay installe une tension psychologique extrême.
En situant le danger à notre porte, elle réveille nos terreurs intimes.

Mon avis : Un suspens intimiste juste entre Colombe et son voisin. Un suspens attachant tout au long du bouquin mais qui, à mon avis, devient un peu alambiqué dans sa conclusion…
L’écriture est très belle et assure l’envie de connaître le fin mot de l’histoire.

Ma note -> :-)) 

D’autres avis : ici et

Éditions Le Livre de Poche, 2011, 282 pages.

Je le troque.

« Lune bleue » (Eternels : tome 2) d’Alyson Noël

lune bleue, éternels, alyson noël, éditions michel lafonQuatrième de couverture : La vie souriait enfin à Ever. Après six siècle d’attente, Damen et elle étaient désormais réunis. Mais un jour celui-ci ne la regarde plus. Pourquoi semble-t-il avoir tout oublié de ce qu’ils étaient ? L’arrivée au lycée de Roman, un étrange étidiant que tous semblent apprécier, aurait-elle un lien avec ce cruel changement ?
Prête à tout pour sauver son amour, Ever explore son nouveau monde, l’Eté perpétuel. Elle y découvre le secret de Damen – une sombre histoire qu’il espérait lui cacher. Elle apprend aussi l’existence d’un mystérieux portail qui apparaît au moment de la lune bleue et permet de circuler à travers le temps.
Or la lune bleue approche… Ever doit alors faire face à un choix déchirant : revenir dans le passé pour ramener sa famille à la vie, ou rester dans le présent et sauver Damen.

Mon avis : Tome moins accrocheur que le précédent. L’histoire se met en place mais traîne un peu. Il y a des passage un peu longs et qui ne sont pas passionnants. Mais Ever est toujours aussi adorable et ses questions sur la vie sont pertinentes. Puisse-t-elle avoir des jours meilleurs avec Damen, c’est ce que je découvrirai en lisant le tome 3 car cette série est tout de même très agréable à lire et Eden est, pour moi, très attachante.

Ma note -> :-))

D’autres avis : ici

Éditions Michel Lafon, 2010, 315 pages. 

Emprunté à la bibliothèque.

« Mélodie du temps ordinaire » de Mary McGarry Morris

Mélodies du temps ordinaire.gifRésumé : Eté 1960, Atkinson, petite ville ordinaire du Vermont.
Divorcée d’un ivrogne pathétique qui vient encore parfois cogner la nuit à sa porte, Marie Fermoyle s’épuise à joindre les deux bouts, animée d’une ambition farouche pour ses trois enfants et portée par un orgueil qui l’empêche d’accepter l’aide de quiconque. Sa solitude va faire d’elle une proie toute désignée pour Omar Duvall, escroc minable et beau parleur, qui se présente un soir chez elle. (Source : Babelio.com

Mon avis : Un gros roman qui m’a emmenée dans une petite ville du fin fond des USA durant les années 50. Un périple au travers de beaucoup de personnages variés dont les destins sont liés sans qu’ils le sachent vraiment.

La structure du roman est très bien organisées et le grand nombre de personnage n’est pas du tout gènant, au contraire il apporte à l’histoire des touches d’intrigue et de suspens qui m’ont fait lire cette brique (656 pages grand format, et l’éditeur à utiliser un tout petit caractère car il serait arrivé aux 1000 pages avec un caractère d’imprimerie « normal, je pense).

Je me suis prise à aimer la famille Fermoyle entrainée malgré elle dans un tourbillon d’embuches que j’avais envie de résoudre avec eux pour qu’ils soient enfin tranquilles !

Ma note -> :-))

Un extrait : « …Pourquoi ? Pourquoi ? Pourquoi ? On n’entend plus que ça. Quand j’étais petit garçon, si je demandais « Pourquoi ? » à mon père, la réponse était « Parce que je l’ai dit ». Mais de nos jours, l’ancienne catéchèse ne suffit plus. L’autorité ne veut plus rien dire. Parfois c’est suffisant de faire quelque chose simplement parce que c’est bien de le faire. Pourquoi ? Parce que ! Tout bonnement ! » (p.473)

Éditions  Le grand Livre du Mois, 1999, 656 pages.

Je le troque.