« La rose bleue » d’Anthony Eglin

Le rose bleue.jpgQuatrième de couverture : Alex et Kate Sheppard ont enfin trouvé la maison dont ils rêvaient.
Niché au fond de la campagne du Wiltshire et entouré d’un jardin clos d’un hectare, « Le Presbytère » se révèle être un véritable paradis… jusqu’à ce que les Sheppard fassent une incroyable découverte : près du mur de leur jardin se trouve un rosier dont les fleurs sont du plus beau bleu. Du coup, les horticulteurs du monde entier sont prêts à payer des fortunes pour pouvoir reproduire cette espèce inconnue. Inévitablement, la nouvelle se propage et la paisible existence des Sheppard s’en trouve brusquement bouleversée : complots, meurtres, le couple se sent menacé de tous côtés. Une seule solution : percer le secret de la rose bleue.

Mon avis :  Mon avis est mitigé. Le sujet très original pour une enquête « policière » mais le style et l’écriture m’ont gaché mon plaisir. J’ai trouvé l’écriture trop simple, sans suspens, elle ne m’a pas tenue en haleine. Les petits indices qui devaient me mettre la puce à l’oreille n’étaient pas distillé avec discrétion, mais juste écrit comme une phrase banale, un peu téléphonée et ça gâchait mon suspens.
Bref un livre qui aurait pu être une très chouette découverte et qui au final m’a déçu car je ne suis jamais entrée dans le suspens de l’enquête.

Ma note -> 😐

D’autres avis :

Éditions Le Livre de Poche, 2007, 447 pages. 

Emprunté à la bilbiothèque.

« Diloy le chemineau » de la Comtesse de Ségur

Diloy le chemineau 001.jpgRésumé : Félicie est contrariée : visiter Clodoald et Cunégonde de Castelsot, avec grand plaisir, mais les pauvres Germain, non merci, sans façon ! Car Félicie a une haute idée de sa petite personne, même si ça ne l’empêche pas d’être encore un peu ignorante… (Source : Livraddict.com

Mon avis : Une petite fille riche et arrogante qui ne veut pas se mêler aux gens du village qui vit dans une famille pleine de bonté… Ça donne au final une petite fille qui se repenti de ses méchanceté et qui devient bonne avec tout le monde ! De la Comtesse de Ségur tout simplement… mais ce n’est pas mon histoire préférée, Félicie est vraiment énervante et on lit ses pensées comme dans un livre ouvert. Il n’y a vraiment aucune surprise.

Ma note -> 😐

Éditions Jean Jacques Pauvert, 1980, 354 pages.

Dans ma bibliothèque.

« Roadmaster » de Stephen King

Roadmaster, stephen king, éditions albin michelQuatrième de couverture : Des Buick il y en a partout… Celle-ci sera votre pire cauchemar.

Mon avis : Voici le roman de Stephen King, qui, jusqu’à présent, m’a le moins plu. Je n’ai pas du tout ressenti le suspens, les frissons, l’imagination que j’aime retrouver quand je me plonge dans l’univers de mr King.
C’est un roman qui se lit gentiment, qui est un peu incongru et dont l’histoire nous emmène dans une sorte de suspens paranormal, mais qui, pour moi, était très léger et pas très crédible.
Il n’y a eu qu’une quinzaine de pages tout à la fin du roman qui m’ont vraiment tenues en haleine comme je l’ai souvent été avec tout au long des autres romans de cet auteur.

Ma note -> 😐

D’autres avis : ici

Un extrait : « Au moment où je prenais place à côté de lui sur le banc, l’idée m’est venue de lui entourer les épaules de mon bras, mais je l’ai chassée. Si un geste tel que celui-là doit passer dans la médiation de la pensée, on invariablement l’impression qu’ila quelque chose de factice. Je suis un célibataire endurci, et si on gravait mes connaissances en matière de paternité sur une tête d’épingle, on aurait encore la place d’y inscrire le texte complet du Notre-Père. » (p.20)

Éditions Albin Michel, 2004, 444 pages.

Emprunté à la biliothèque.

« Bilbo le hobbit » de John Ronald Reuel Tolkien

bilbo le hobbit, John Ronald Reuel Tolkien, éditions le livre de pocheQuatrième de couverture : Bilbo, comme tous les hobbits, est un petit être paisible. L’aventure tombe sur lui comme la foudre quand le magicien Gandalf et treize nains barbus viennent lui parler de trésor, d’expédition périlleuse à la Montagne Solitaire gardée par le grand dragon Smaug, car Bilbo partira avec eux !
Il traversera les Terres Solitaires et la forêt de Mirkwood dont il ne faut pas quitter le sentier, sera capturé par les trolls qui se repaissent de chair humaine, entraîné par les gobelins dans les entrailles de la terre, contraint à un concours d’énigmes par le sinistre Gollum, englué dans la toile d’une araignée géante…
Bilbo échappera cependant à tous les dangers et reviendra chez lui, perdu de réputation dans le monde des hobbits, mais riche et plus sage
Bilbo le hobbit, un grand classique de la littérature fantastique moderne

Mon avis : Lecture qui ne me laissera pas un grand souvenir. Contrairement à beaucoup de lecteurs de ce roman, je n’ai pas trop accroché. J’ai trouvé l’écriture trop gnan-gnan et assez brouillonne. L’histoire est simple, on rencontre toutes sortes de créatures, qui sont là pour contrecarrer les plans de Bilbo et ses comparses d’aventures. Il n’y a rien qui m’a fait craquer dans ce récit si ce n’est de savoir si Bilbo va réussir sa mission

Ma note -> 😐

D’autres avis : ici

Éditions Le Livre de Poche, 1980, 372 pages.

Je le troc.

« L’accro du shopping à Manhattan » de Sophie Kinsella

l'accro du shopping à manhattan, sophie kinsella, éditions pocketQuatrième de couverture : Becky Bloomwood, la terreur des distributeurs toujours aussi folle de fringues, ne s’est guère assagie. Mais à quoi bon être devenue la journaliste financière la plus populaire d’Angleterre si l’on n’en profite pas ? Heureusement, elle file le parfait amour avec le séduisant Luke, son fiancé. Même s’il travaille du matin au soir pour monter sa nouvelle agence de communication à… New York ! Le rêve pour toute accro du shopping qui se respecte !
Aux anges, Becky s’envole vers ce paradis de la consommation où elle se grise de soldes, de marques et de boutiques. L’ivresse tourne à la gueule de bois quand Luke découvre, un beau matin, dans un tabloïd anglais, un cliché de Becky en pleine frénésie d’achats sur la Cinquième Avenue : adieu leur crédibilité ! Mais la coïncidence est fâcheuse et Becky est sceptique face au hasard…

Mon avis : Après un début très fastidieux, un milieu de livre très lassant à mon goût, la fin du roman m’a beaucoup mieux plu. Mais je ne suis vraiment pas fan de Becky et ses caprices. Je trouve que ça devient vraiment très monotone de lire au fil des pages les « excuses » qu’elle se donne pour justifier ses achats.
Mais il y a quand même des traits d’humour assez sympathiques ainsi que des situations un peu rocambolesques qui m’ont fait sourire. 

Ma note -> 😐

D’autres avis : ici

Éditions Pocket, 2009, 424 pages.

Prêté par Lolo.

« La pâle lumière des ténèbres » (A comme Association : tome 1) d’Erik L’Homme

a comme association, la pâle lumière des ténèbres, erik l'homme, éditions gallimard jeunesse, éditions rageotQuatrième de couverture : PRENOM : Jasper
AGE : 15 ans
DESCRIPTION : grand maigre, peau blafarde et yeux charbon
PROFESSION : Agent stagiaire à l’Association et lycéen (à ses heures perdues)
SIGNES SINGULIERS : pratique la magie et joue de la cornemuse dans un groupe de rock médiéval
AIME : les mauvais jeux de mots, Donjons et Dragons, l’Agent stagiaire Ombe
MISSION : démanteler un trafic de drogue chez les vampires 

Mon avis : Je n’ai pas trop accroché à ce livre. Ce qui m’a laissée perplexe c’est l’irréalité des situations (même si c’est un livre fait d’imaginaire), ça m’a un peu dérangée que le héros, qui se décrit lui-même comme un gringalet gaffeur, arrive à battre et à surmonter des ennemis et des situations qui mettraient en difficulté James Bond lui-même.

Si je trouve le 2ème tome de cette série à la bibliothèque je l’emprunterai, sinon j’en resterai là.

Ma note -> 😐

D’autres avis : ici

Éditions Gallimard Jeunesse / Rageot Éditeur, 2010, 154 pages.

Emprunté à la bibliothèque.

« Le roi Gorille » (Djinn : tome 9) de Jean Dufaux et Ana Miralles

djinn, le roi gorille, jean dufaux, ana mirallesRésumé : Pour la première fois depuis le début de la série, les deux djinns sont réunis dans un même album. Kim Nelson retrouve la perle de la déesse Anaktu et Jade accomplit son destin en s’unissant au roi Gorille, devenant pour toujours la reine de l’Afrique. (Source : Coinbd.com)

Mon avis : De nouveau, comme pour les albums précédents, l’histoire ne m’attire plus. Je la trouve un peu compliquée et très longue et lente. Par contre je suis toujours subjuguée par la qualité et la beauté des dessins, c’est ce qui me donne envie de poursuivre ma lecture.

Ma note -> 😐

Un autre avis : Mo’

 

Editions Dargaud, 2009, 48 pages.